N5: découvrez le tracé du "trident" au sud de Charleroi

par J.P. Hubert pour 

Après plus de 30 ans de tergiversations, le gouvernement wallon a fini par trouver un compromis pour désengorger la N5. Une route à quatre bandes reliera Laneffe au Bultia en contournant Somzée et le Bultia. Elle se divisera en deux axes à une bande dans chaque sens : l’un vers l’Ouest rejoignant la A 503, l’autre à l’Est rejoignant le R3 à la Blanche borne. Les comités de quartier sont déjà bien décidés… à ne pas faire de quartier.

A écouter sur TéléSambre :

http://www.telesambre.be/e420-n5-reactions-des-bourgmestres-d-ham-sur-heure-nalinnes-et-de-gerpinnes_d_15421.html

 

Le gouvernement wallon et les bourgmestres des communes concernées ont abouti à un accord pour fluidifier le goulet d'étranglement de la sortie sud de Charleroi (N5), après une trentaine d'années de projets inaboutis et d'oppositions locales, a annoncé jeudi la coalition PS-cdH ( voir fichiers attachés).

Ci-dessous, Transposition sur Google Earth des deux documents précédents avec leur interaction sur nos circuits "voie du tram" en orange et "noirchien" en bleu par votre webmaster.

 Cliquez sur ce texte pour télécharger le fichier interactif pour Google Earth (maj 12/11/2015)

Le chantier, qui ne débutera pas avant quatre à cinq ans et est évalué à quelque 150 millions d'euros, a fait l'objet d'un "accord historique, pour un dossier qui constituait une sorte de monstre du Loch Ness", s'est réjoui le ministre-président wallon Paul Magnette (PS), par ailleurs bourgmestre en titre de Charleroi.

L'urgence menaçait pour ce tronçon entre Laneffe et Loverval, dont les ronds-points connaissent des pointes de trafic à plus de 51 000 véhicules par jour: le contournement de Couvin et la mise à gabarit de l'A34 en France généreront 30 000 à 40 000 nouveaux véhicules par jour à l'horizon 2030, a expliqué le ministre de la Mobilité Carlo Di Antonio (cdH).

Le dernier projet en date avait buté sur l'opposition d'Ecolo, alors au gouvernement et défavorable à ce type de projet favorisant excessivement la voiture aux yeux du parti, tout comme la liaison liégeoise Cerexhe-Heuseux-Beaufays.

La solution autoroutière a été rejetée pour privilégier un axe partant de Laneffe et se divisant en deux bretelles au-delà du Bultia (Gerpinnes) rejoignant le R3, l'une à Mont-sur-Marchienne, l'autre à la Blanche Borne (Loverval) (note : voir tracés en rouge sur la carte). La nationale N5 (note : voir axe en  pointillés verts sur la carte) sera aménagée en un boulevard urbain depuis Somzée avec une ligne de bus et un itinéraire RAVeL urbain. L'essentiel du nouvel axe, lui, sera semi-enterré avec des merlons intégrés au relief.

--------------------------------------------------------------------------------

Note :

Un merlon, c'est un talus en bord de route pour faire écran contre le bruit et aussi pour "cacher" une route afin de la rendre plus supportable pour les riverains. Ce "bourrelet" est en terre souvent couvert de végétation, pour le rendre plus agréable à la vue et pour fixer la terre. Un autre avantage est que cela coûte moins cher que d'enterrer partiellement une route en creusant le sol et le sous-sol.

 

 

-----------------------------------------------------------------------

La sortie sud de Charleroi constitue un des derniers goulets d'étranglement sur l'axe autoroutier Rotterdam-Marseille. La solution permettra aussi d'attirer des entreprises dans les zonings à proximité, pour dynamiser l'une des régions de Wallonie confrontées "aux plus grandes difficultés", a fait observer le ministre des Travaux publics Maxime Prévot (cdH).